Retour

8 juillet 2021

Mieux comprendre les Troubles Musculo-Squelettiques


Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont des affections de l’appareil locomoteur provoquées, maintenues ou aggravées par l’activité professionnelle. Que l’on travaille sur un ordinateur ou à l’usine, les TMS sont un véritable fléau dans notre société. Découvrez en plus sur cette situation préoccupante et comment la prévenir au mieux.

Qu’est-ce qu’un Trouble Musculo-Squelettiques ?

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont des pathologies qui touchent la périphérie des articulations, les muscles, les tendons, les nerfs, les ligaments, les cartilages… et provoquent des symptômes douloureux, tels que des gênes, des raideurs, des raccourcissements des muscles, des pertes de force, des gonflements ou encore des troubles circulatoires.

Plus fréquents dans la partie haute du corps, particulièrement autour de la région dorsale et de la colonne vertébrale, ces troubles peuvent aussi apparaître dans les membres inférieurs. Ils provoquent ainsi des tendinites, des épicondylites du coude, des hygroma du genou, des syndromes de canal carpien au poignet, des cervicalgies, etc.

Ces complications peuvent se manifester lors d’activités dites de loisirs comme le sport ou le jardinage, mais aussi et surtout pendant la pratique d’une activité professionnelle.

Les TMS comportent des risques à effets différés et s’installent progressivement dans le corps. Il se traduisent par plusieurs niveaux de douleurs :

 

  • niveau 1 : gêne pendant la pratique de l’activité mais pas de ressenti au repos
  • niveau 2 : apparition rapide de la douleur pendant le travail et disparition plus longue au repos
  • niveau 3 : douleur chronique et persistante pendant l’activité et au repos

Un véritable problème de santé publique

Liés au monde du travail, les TMS représentent 70% des maladies professionnelles déclarées. Il est difficile de déterminer un nombre précis de cas touchés, car les employés ont généralement peur de signaler ces troubles sous peine de perdre leur emploi (on compte 53 à 73% de sous-déclaration des TMS, d’après le site de Santé publique France). La sécurité sociale les classe en première place des maladies professionnelles reconnues et ils ont augmenté de 60% depuis 2003. 

Cependant les TMS ne sont pas propres à la France et représentent en Europe, les principaux problèmes de santé dont souffrent les travailleurs.

Quels sont les facteurs de risque des Troubles Musculo-Squelettiques ?

De manière générale, les TMS sont provoqués par un déséquilibre entre les capacités physiques et psychologiques de la personne et les contraintes et sollicitations auxquelles on lui demande de répondre dans le cadre de son travail.

Physiologiquement, ce sont les tissus mous au niveau des articulations qui sont hyper-sollicités. S’installent alors, après une longue période de sollicitation et une accumulation des contraintes, ces troubles. 

Cette problématique liée au travail dispose de causes multiples. En effet les facteurs de risques individuels comme l’âge avancé, le diabète ou encore l’obésité peuvent entrer en compte ; mais les TMS sont aussi favorisés par des contraintes professionnelles de plusieurs types :

  • physiques ou biomécaniques : mouvement répétitif, posture extrême, torsion des membres ou travail statique
  • environnementales : travail dans le froid et le bruit, éclairage inadapté, usage d’équipements vibrants ou choc mécanique
  • psychosociales : travail éprouvant, pas de soutien social, fortes contraintes, manque de reconnaissance, insatisfaction au travail, mauvaises relations interpersonnelles, insécurité de l’emploi
  • organisationnelles : rythme et horaires de travail, délais courts, peu ou pas de temps de récupération, clarté des tâches

Ainsi, le poste de travail, son environnement, son organisation et le climat social de l’entreprise jouent un rôle primordial dans la formation des Troubles Musculo-Squelettiques.

Sans mesures de prévention, les TMS entraînent une incapacité au travail et dans la vie quotidienne, pouvant devenir de véritables handicaps durables.

Une situation préoccupante dans le cadre de la santé au travail

Les Troubles Musculo-Squelettiques sont une sujet préoccupant dans le cadre de la santé au travail, puisqu’ils entraînent une baisse de la qualité de vie du salarié et un fort risque de rupture avec le travail.

Pour les entreprises aussi les répercussions économiques et sociales sont inquiétantes dues à la démotivation des employés, l’augmentation de l’absentéisme et des accidents, la rotation du personnel, la baisse de la productivité, la mauvaise ambiance au travail et la dégradation de l’image de marque. Les TMS sont donc une importante source de désorganisation et un véritable danger pour les entreprises.

Afin de pallier cela, chaque employeur doit étudier les différentes situations de travail et avoir une perception singulière de son entreprise.

Comment prévenir les Troubles Musculo-Squelettiques au travail ?

L’employeur a l’obligation de préserver la santé de ses salariés d’après les textes de loi. Il doit mettre en place des mesures de prévention et de sécurité afin de protéger la santé de ses employés, selon les articles L4121-1 à -5 du code du travail. C’est une obligation de résultats et pas uniquement de moyens : c’est-à-dire, qu’en plus de respecter ces recommandations, il est impératif d’en obtenir les résultats escomptés.

L’article 4121-2 du code du travail, évoque 9 principes généraux de prévention qui sont :

  • éviter les risques, en fonction de l’activité professionnelle exercée ;
  • évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;
  • analyser les causes et facteurs de risques afin de les réduire au maximum ;
  • adapter le travail à l’homme, en optimisant le poste et l’organisation du travail ;
  • rendre le travail moins dangereux en sécurisant l’activité, en renforçant les protections collectives et en améliorant les compétences de l’employé et son environnement de travail ;
  • planifier et mettre en place des actions de prévention aux niveaux technique, organisationnel et humain ;
  • prendre des mesures de protection collective, qui sont prioritaires par rapport aux protections individuelles ;
  • informer clairement ses salariés à travers des instructions claires et accessibles. 

Depuis le décret du 5 novembre 2001, il est obligatoire pour un employeur de mettre à disposition un Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER) qui fait le point sur les facteurs de risque des TMS, des situations de travail à risque, le niveau d’intensité et les moyens pour les prévenir.

Concrètement, la première chose à faire pour le responsable est un état des lieux au sein de son entreprise. Pour cela, il peut mobiliser et impliquer ses salariés en communiquant sur le sujet et en relevant les données clés (taux d’absentéisme, de turnover). Il peut également échanger avec la médecine du travail et les représentants du personnel.

Ensuite, l’employeur doit mettre en place des actions simples à plusieurs niveaux : technique (outils d’aide à la manutention, aménagement et entretien des postes de travail), organisationnel (rotation des tâches, micro-pauses) et humain (transmission du savoir-faire pour améliorer les conditions de travail). 

Pour inscrire sa démarche de prévention dans la durée, il doit communiquer régulièrement avec ses équipes, mettre à jour le DUER tout en gardant un lien avec la médecine du travail.

La Santé publique joue aussi un rôle dans la prévention des TMS puisqu’elle a pour mission de surveiller leur évolution, les facteurs de risques, mettre en place et adapter les mesures préventives, valoriser les résultats et accompagner les décideurs.

Chez Consilio Formations, nous vous proposons deux formations pour prévenir les risques de TMS, qui sont :

  • Prévention des situations à risques de Troubles Musculo-Squelettiques
  • Ergonomie des postures de travail

Les Troubles Musculo-Squelettiques ont tout intérêt à être diagnostiqués et pris en charge en amont, afin d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés et pas conséquent celle du travail fourni.