Retour

4 janvier 2022

Comment favoriser la relation de bientraitance envers l’enfant ?


Dans notre vie quotidienne et plus précisément dans un contexte éducatif (enseignement et tutorat) ou de loisirs, nous sommes amenés à accompagner des enfants. Pour cela, il est essentiel de mettre en œuvre une démarche de bientraitance et de maîtriser les comportements bienveillants, afin d’assurer une protection nécessaire à l’enfant. 

 

Mais que signifie exactement le terme « bientraitance » ? Est-il l’exact opposé de la maltraitance ? Et comment le mettre en place dans le domaine de l’enfance ? Quelles sont les « techniques professionnelles » à connaître ? On vous en dit plus dans cet article.

 

La bientraitance, késako ?

Le mot bientraitance peut se décomposer en deux termes distincts : « traiter » et « bien ». Dans le sens positif du terme, « traiter » est synonyme de « prendre soin de ». A partir de cela, on peut considérer la bientraitance comme le fait de prendre soin de l’autre et d’aider au mieux un enfant et ses parents. 

Être bientraitant envers un enfant, c’est être attentif aux petites choses et s’adapter à lui en l’écoutant, en le rassurant et en valorisant également ses parents. Cela commence aussi par bien se traiter soi-même ! 

 

Cependant, dans l’univers de la petite enfance, la bientraitance est une notion subjective qui peut dépendre des sociétés, cultures et pays : « la bientraitance » en France, ne sera pas la même dans d’autres pays. 

Ses conceptions varient et la bientraitance se définit aussi en fonction de celui ou celle qui la pratique. Rappelons enfin que toute relation éducative ou rapport à l’autre entre adulte ou enfant génère forcément des moments de conflits et de souffrance, qu’il faut aussi savoir accepter. 

 

 

La bientraitance, bien plus que le contraire de la maltraitance !

 

Il est évidemment interdit et puni par la loi de faire preuve de maltraitance, de négligence et d’infliger des mauvais traitements aux enfants (violence, coups, privation de nourriture ou de soins, abus sexuels). Les enfants de tous âges ont des droits. 

 

Mais certaines violences ne sont pas forcément extrêmes et peuvent paraître inoffensives aux premiers abords. Parfois un professionnel de l’enfance peut sans le vouloir infliger de « douces violences » à un enfant, en se laissant emporter par un jugement, une étiquette ou un à priori. Souvent de manière inconsciente, sans vouloir blesser l’enfant, certains gestes ou paroles pourront placer ce dernier en situation d’insécurité affective.

Le respect physique, affectif et psychologique de l’enfant sont de mise pour faire preuve de bientraitance. Écouter, observer, estimer, valoriser, comprendre, accompagner et parler avec l’enfant sont autant d’actes qui permettront de l’aider dans son épanouissement personnel. L’attitude d’un adulte envers un enfant doit être vigilante, positive et préventive contre toute forme de violence. 

 

La bientraitance, un processus d’adaptation et de soutien

 

Être bientraitant passe aussi par une relation de soutien et d’accompagnement, dans laquelle le professionnel doit s’adapter constamment à l’enfant et à sa vie familiale. 

L’objectif est ainsi d’accompagner le développement de l’enfant, plutôt que de le juger ou de trouver en lui un dysfonctionnement. Le professionnel adopte une attitude d’aide et de soutien, à la fois consciente, accueillante et affectueuse. 

 

Dans le secteur de l’enfance, le sentiment d’attachement est inévitable et ne doit pas être diabolisé, puisqu’il résulte de toute relation durable et d’aide véritable. Il permet à l’enfant de se sentir en sécurité et d’avoir confiance en lui, en sa capacité à créer des liens avec d’autres individus. Prendre conscience de ce sentiment est primordial et aide à trouver un juste équilibre entre la protection maternelle et infantile (soins, attentions) et les limites socialisantes. 

Face à l’enfant, le professionnel spécialiste de la petite enfance ajuste au mieux sa posture pour l’aider à grandir, tout en respectant la place des parents. La communication avec les membres de la famille est une aptitude essentielle pour résoudre les conflits. 

 

Concrètement, comment faire preuve de bienveillance ?

 

Afin de mettre en œuvre les principes de bienveillance, il est tout d’abord important de se questionner soi-même, d’analyser et de prendre conscience de ses pratiques à travers un nouveau regard sur l’enfant et son système familial. En se positionnant en tant qu’aidant,  sans jugements, le professionnel doit composer avec lui-même pour trouver son propre chemin de bientraitance. 

 

A partir de leur vécu, les jeunes enfants vont moduler leurs comportements relationnels et leur vie sociale en s’appuyant sur leurs parents et sur les personnes qu’ils côtoient (grands-parents, auxiliaire de puériculture, éducateurs, éducatrices, assistants maternels, de crèche ou garderie). Il est essentiel pour les professionnels de l’enfance, de connaître les stades de développement de l’enfant, sa manière de construire son identité et donc d’instaurer des liens avec les autres. 

Par une bonne observation et connaissance du développement de l’enfant, le professionnel pourra instaurer un climat de confiance, accompagner les parents dans leur rôle et mettre en place une action éducative et sociale juste. 

 

Certaines bases sont à respecter pour faire preuve de bienveillance et de pédagogie, tels que : faire confiance à l’enfant, ne pas le forcer, respecter son intimité, le valoriser et

l’encourager, ne pas brusquer l’enfant tant dans les paroles que les gestes. Mais la bienveillance reste un travail pluridisciplinaire au quotidien et un objectif vers lequel il faut tendre. 

Dans cette dynamique, il peut être enrichissant et ludique pour un professionnel, de rencontrer des personnes qui font des métiers de la petite enfance, d’analyser ensemble leurs pratiques afin de mieux travailler avec les enfants, mais aussi de suivre une formation sur le sujet. 

 

En apprendre plus sur la bientraitance

 

Chez Consilio Formations, nous vous proposons une formation intitulée « Favoriser la relation de bientraitance envers l’enfant », destinée aux assistants d’éducation, aux enseignants, à toute personne amenée à encadrer et accompagner un enfant. 

 

Elle vous permettra d’acquérir les compétences nécessaires pour mettre en œuvre une démarche de bientraitance afin d’améliorer l’accueil de l’enfant et sa prise en charge. Mais aussi, de maîtriser les comportements bienveillants et identifier les signes de maltraitance et de « douces violences », pour une meilleure protection de l’enfance et un apaisement de la relation parent-enfant.